Semaine du 6 décembre 2021

Quels sont vos vins dégustés cette semaine
.
Répondre
humilité
Messages : 286
Enregistré le : mer. 05 févr. 2020 12:09
Localisation : Montréal

Semaine du 6 décembre 2021

Message par humilité » mar. 07 déc. 2021 20:41

Le Clos Jordanne Le Grand Clos Pinot Noir Niagara 2017

3 mois sans commentaires, c'est long, trop long. Beaucoup trop long sans que cette -belle- rubrique n'ait fait l'objet d'un commentaire sur un vin.
Alors let's go, reprenons les bonnes vieilles habitudes et trouvons qq minutes pour rédiger cette missive. Dans le fond, je m'en voudrais que cette rubrique tombe dans l'oubli sans quelques tentatives pour la réanimer, d'autant plus que les fêtes arrivent, il devrait y avoir matière à commentaire et partage.

Je me souviens lors de la sortie de ce vin, tout le tintamarre journalistique sur le retour de Thomas Bachelder sur les terres du Clos Jordanne... Après quelques années de coupure, le fils prodigue revenait pour vinifier de nouveau un des plus qualitatifs terroirs de l'Ontario. Les cuvées passées -ou plutôt les commentaires- témoignaient de la grandeur de ce vin. Ne connaissant rien de ce vin, et dans l'ensemble pas grand chose aux vins ontariens en général, je me précipitais pour acheter 2 bouteilles de pinot noir ainsi que 2 de chardonnay. Je ne voulais pas manquer cette expérience, et si en plus, on peut consommer canadien, et que cela pinote, alors ce serait fantastique. C'était l'époque -encore- bénite où l'on pouvait se hâter tranquillement pour acheter du vin, où les énigmatiques loteries, et leur cohortes d'incompréhensions, n'existaient pas.

Bref, après avoir lu toutes sortes de commentaires et critiques sur ce vin, comme si deux clans s'opposaient, les pro et les anti, je me décide enfin à ouvrir la première bouteille, pour me rendre compte par moi même. Il y a du poulet ce soir, pinot noir et volaille font généralement un bon accord.

La première phrase de l'étiquette arrière débute par : ``Le Clos Jordanne est le symbole d'une vision extraordinaire...`` voyons cela ...
Et bien, autant le dire de suite, l'extraordinaire est resté limité à la vision, il ne s'est pas étendu au vin. Attention, le vin est bon, mais pour l'extraordinaire, il faudra repasser.

La couleur est très claire, un rubis assez transparent, mais pas de signe d'évolution.
PNP, le nez est assez discret, pas beaucoup de puissance aromatique, cela reste contenu. Tout juste un peu de fruit. Cependant on perçoit de la fraicheur.
En bouche, c'est frais également. Le sentiment de légèreté visuel, ne se retrouve pas en bouche, il y a un peu plus quand même. Mais la matière reste diffuse, rien de concentré. Sans être unidimensionnel, car il s'améliore un peu avec l'aération, ce vin n'est pas très complexe. Il est néanmoins agréable, il a un bon équilibre, mais rien de transcendant. La finale est plutôt courte. J'ai des doutes quant à son potentiel de vieillissement. On attendra qq années avant d'ouvrir la seconde bouteille, histoire de lui laisser le bénéfice du doute.

Bref un vin qui te laisse sur une note dubitative.
Enfin, sur un tout autre plan, quand ta femme de demande : ``C'est quoi ce vin ?`` après les 2 - 3 premières gorgées, et puis par la suite, elle te confirme que ce n'est pas ce qu'elle préfère, c'est l'argument définitif qui confirme que tu ne vas pas en racheter.

La prochaine fois, j'essaye le chardonnay.


On est riche des vins que l'on a partagés, pas de ceux que l'on a en cave.

trifreddy
Messages : 36
Enregistré le : jeu. 21 janv. 2021 10:54
Nom usager CellarTracker : trifreddy
Localisation : Granby

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par trifreddy » mer. 08 déc. 2021 6:40

Merci beaucoup pour la revue, un vin qui m'intriguait depuis quelques temps.

Avatar du membre
wyz
Messages : 1002
Enregistré le : lun. 20 août 2012 12:22
Nom usager CellarTracker : wyz
Localisation : Saint-Jean-sur-Richelieu, Qc

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par wyz » mer. 08 déc. 2021 8:24

humilité a écrit :
mar. 07 déc. 2021 20:41

Enfin, sur un tout autre plan, quand ta femme de demande : ``C'est quoi ce vin ?`` après les 2 - 3 premières gorgées, et puis par la suite, elle te confirme que ce n'est pas ce qu'elle préfère, c'est l'argument définitif qui confirme que tu ne vas pas en racheter.
C'est très souvent ce qui dicte mes achats futurs ou qui fait qu'un vin se retrouve ou pas sur ma liste d'achat. :!:

WYZ
On doit en profiter quand ? Là !

Avatar du membre
Nico
Messages : 3596
Enregistré le : mar. 19 déc. 2006 9:27
Localisation : Montréal

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par Nico » mer. 08 déc. 2021 8:38

Clos Jordanne, après son intermission, n'est plus le même.

humilité
Messages : 286
Enregistré le : mer. 05 févr. 2020 12:09
Localisation : Montréal

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par humilité » mer. 08 déc. 2021 10:19

trifreddy a écrit :
mer. 08 déc. 2021 6:40
Merci beaucoup pour la revue, un vin qui m'intriguait depuis quelques temps.
Il semblerait que le 2018 soit meilleur, selon certains qui ont bu les 2017 et 2018. Personnellement mais je n'en ai pas acheté.
On est riche des vins que l'on a partagés, pas de ceux que l'on a en cave.

Bloc d'annonce

fonterutoli
Messages : 312
Enregistré le : mer. 03 nov. 2010 7:52
Localisation : Nord-Est

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par fonterutoli » ven. 10 déc. 2021 10:28

Hier soir :

Jean Bourdy Côtes du Jura Rouge 2005 : Robe très pâle, nez extrêmement expressif avec un petit côté funky mais avec un fruit rouge (genre canneberge et cerise). En bouche, c'est toujours c'est même fruits rouge qui domine. On sent une grande acidité (genre Tondonia) mais quand même bien équilibré. Finale Moyenne-longue. Ce qui impressionne dans ce vin c'est son insolente jeunesse. Il me reste juste un 2007 que je vais garder quelques années encore, mais je suis trop vieux pour acheter d'autres millésimes :|

Avatar du membre
3633
Messages : 3032
Enregistré le : dim. 23 avr. 2006 19:02
Localisation : Québec

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par 3633 » ven. 10 déc. 2021 11:20

fonterutoli a écrit :
ven. 10 déc. 2021 10:28
Hier soir :

Jean Bourdy Côtes du Jura Rouge 2005 : Robe très pâle, nez extrêmement expressif avec un petit côté funky mais avec un fruit rouge (genre canneberge et cerise). En bouche, c'est toujours c'est même fruits rouge qui domine. On sent une grande acidité (genre Tondonia) mais quand même bien équilibré. Finale Moyenne-longue. Ce qui impressionne dans ce vin c'est son insolente jeunesse. Il me reste juste un 2007 que je vais garder quelques années encore, mais je suis trop vieux pour acheter d'autres millésimes :|
Merci :Bonjour: j'ai du 2006 que je lèguerai à notre petit fils. :wink:
En 2010 , il y avait eu une dégustation à Québec, voici un commentaire de Path133 " Quelle dégustation exceptionnelle :shock:
Tout d'abord, Merci beaucoup à BP, Michael et Sophie pour l'organisation de cette dégustation et Merci aussi à M.Jean-François Bourdy pour les explications, commentaires et détails fournis avec passion et montrant l'importance accordée au respect des traditions. D'ailleurs, le domaine appartient à sa famille depuis le 15e siècle. http://www.cavesjeanbourdy.com/

N'ayant que peu de repères avec les vins du Jura, j'ai été renversé par l'aptitude de ces vins à défier le temps. Les vins avaient été ouverts 6 heures avant la dégustation sans passage en carafe. Pour ce qui est des rouges, il sont composés à parts égales de pinot noir, trousseau et poulsard assemblés lors de la vendanges. Le vieillissement est effectué en vieux fûts pendant un minimum de 4 ans pour les rouges et blancs et 7-8 ans pour les vins jaunes et Château-Chalon.

Dans l'ensemble, les rouges montraient une belle finesse avec une bonne acidité. Mon préféré fut le 1952, d'une élégance rare, suivi de près par le 1981, aux arômes de vieux tawny (caramel) puis par le 1967 qui a pris un peu plus de temps à s'ouvrir. Quant au 2004, il présentait des arômes de réduction au départ mais après 15-20 minutes, le fruit est ressorti (cerise).

Quant aux Côtes du Jura blancs, à base de chardonnay et eux aussi en finesse, ils m'ont surpris tout autant, moi qui me méfie des bourgognes blancs de 10 ans. Mes préférés furent le 1955, aux arômes de noisettes, le 1937, rappelant quelque peu un xérès, et le 2005, aux arômes exubérants de fruits exotiques. D’ailleurs, je vais certainement me laisser tenter et me procurer quelques bouteilles de 2005.

Finalement, mes préférés de la soirée furent les vins jaunes et Château-Chalon servis en finale. Cependant, les 1996, 2001 et 2002 étaient nettement trop jeunes pour exprimer leur plein potentiel. Même le 1969 était étonnamment jeune et frais. Quant aux 1934 et 1945, ils étaient tous deux grandioses, d’une complexité et d’une longueur impressionnantes."

Avatar du membre
maxima
Site Admin
Messages : 11320
Enregistré le : sam. 22 déc. 2007 17:04
Nom usager CellarTracker : maxima
Localisation : SHEFFORD-Cantons de l'Est
Contact :

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par maxima » ven. 10 déc. 2021 12:37

Domaine Ostertag Riesling Muenchberg 2019
Code SAQ: SAQ N° 739821

Un des très bons Riesling bu dans les 4-5 dernières années!
C`est d`une finesse incroyable et bien équilibré.
C`est tout de même puissant mais bien défini et contenu.
C`est précis, de belles saveurs de fleurs, de cire d`abeilles,
des zestes de citron, du gingembre et de l`ananas
avec une belle impression de minéraux!
Hyper complexe, plus on l'attend, plus les arômes
sont nettes et intenses.
Hyper long et décadent en finale, on en redemande.
Pas donné à 79$ mais oh que ça le vaut dans ce cas!
GRAND VIN!

Description Domaine Ostertag

Image

Vous aimez Rodin, Michel-Ange ? Vous adorerez André Ostertag,
le sculpteur des terroirs d’Alsace. Cet alsacien pur jus est
non seulement un artiste mais un révolutionnaire. Quand il retourne
en Alsace après avoir été formé à Beaune, il intègre des fûts neufs
dans ses élevages notamment sur ses fameuses cuvées de pinot gris,
cépage originaire de Bourgogne. Rompant avec la tradition locale,
il choque ses confrères mais le résultat est exceptionnel.
Vins de fruit, vins de pierre ou vins de temps, toute la panoplie
des vins qu’il façonne est vibrante d’émotions et de profondeur.
C’est en 1980 qu’André Ostertag prend les rênes du domaine familial,
créé en 1966 par son père. A l’âge de 21 ans, il revient sur sa terre natale,
et pose peu à peu son empreinte sur la conduite du domaine.
Les rendements sont rabaissés, des essais sur les élevages sont entrepris en intégrant
le fut neuf sur les élevages de certains cépages. Electron libre dans le
paysage alsacien, André Ostertag chamboule les prés requis et
l’ordre établi. Sa monumentale cuvée « A360P » Pinot Gris Grand Cru Muenchberg
se voit notamment refuser l’agrément de l’appellation.

Eprit d’un esprit libre et profondément passionné par la vigne,
les sols et le terroir, il trace son chemin et continue de faire évoluer
son métier vers une dimension culturelle et artistique. Le domaine
compte aujourd’hui 14.4 ha disséminées sur 5 villages du
Bas Rhin : Epfig (63%), Nothalten (30%), Itterswiller (2%), Ribeauvillé (4%)
et Albé (1%). Le domaine est réparti sur « plus de 80 petits jardins
de vignes reliés entre eux par un même esprit », comme
le domaine aime le souligner. Depuis 2018, André a pris du recul
sur le domaine et son fils Arthur, formé entre autre au Domaine des Comtes Lafon
à Meursault, a pris la suite avec brio et perpétue l'oeuvre paternelle.

En 2018, juste avant les vendanges, André Ostertag a officiellement passé le
flambeau à son fils Arthur, qui vinifiait déjà à ses côtés depuis 2015.
Le Muenchberg était un grand vin – noté cinq étoiles – issu d’un millésime d’exception.
Mais ce terroir de la commune de Nothalten, exposé plein sud, donne invariablement
un riesling d’une stature impressionnante entre les mains des Ostertag,
qui le cultivent en biodynamie depuis des dizaines d’années.
La « Montagne des Moines » est un des plus anciens vignobles d’Alsace : la vigne
y est cultivée depuis le 12ème siècle, à l’initiative des moines cisterciens
de l’abbaye de Baumgarten. Le Grand Cru occupe un superbe amphithéâtre naturel,
regardant vers le Sud, au pied du massif vosgien. Protégé des vents et
des intempéries venant de l’Ouest par le massif de l’Ungersberg,
le Grand Cru Muenchberg se situe à une altitude idéale entre 250 et 300 mètres
qui permet d'éviter les chaleurs excessives. La vigne s’immisce en profondeur
dans un substrat complexe mêlant grès roses des Vosges et sédiments volcaniques,
les premiers apportant au vin charme et sensualité, les seconds cette énergie
épicée et empyreumatique tout à fait typique.

Le Domaine Ostertag exploite ici 1.6 hectares de vignes.
La partie centrale, âgée de près de 80 ans, a été plantée à très haute densité,
en sélection massale, par le grand-père d’André et fondateur du Domaine, Georges Ostertag.
Les vendanges 2018 furent un véritable rêve de vigneron : après deux millésimes
successifs marqués par d’importants déficits de récolte, les vignes du Muenchberg
ont donné de superbes grappes, assez nombreuses, avec des raisins parfaitement
sains et mûrs. De ces fruits qui, à la vue, au toucher, au goût font déjà le
bonheur du vigneron avant même d’avoir été cueillis !
The 10 most important two-letter words of the English language:"IF IT IS TO BE, IT IS UP TO ME!"

Jeanmich
Messages : 218
Enregistré le : lun. 15 déc. 2014 15:27
Localisation : h4h1x7

Re: Semaine du 6 décembre 2021

Message par Jeanmich » dim. 12 déc. 2021 20:42

Serre Nueve Ornellaia 2014
Pourrait vieillir encore un bout mais se boit tres bien présentement,
Bordeaux blend, tres équilibré, beau fruit, c’est juicy, gouleyant même si ca demeure costaud, encore achetable, j’ai ramassé 2x2019 cette semaine.
***+

Elliot 2017 Natalie/Theophile Milan
50% syrah/50% grenache
Impressionnant, après un passage en carafe d’une heure ce vin livre du fruit pur, juteux et bien droit, on devine le terroir, flirt avec un rhone sud mais possède une fraîcheur et un croquant qui le démarque, super bien fait, rond et enveloppant, chapeaux et @ racheter en 6-pack pour les fans de Milan.
****

Répondre